Préface

Nous inférons que l’Or, l’Argent, le Platine et tous les métaux précieux ; Le Diamant, le Rubis, l’Émeraude, le Saphir et toutes les pierres précieuses ; L’Uranium, le Pétrole, le Gaz, le Charbon et toutes sortes de matières fissiles ou fossiles ont été découverts et utilisés par l’homme à des fins plus ou moins heureuses. Ces "dons" de la Nature, rares et difficiles à se procurer pour certains, remarquables et utiles pour les autres, servent depuis très longtemps de moyens d’échanges commerciaux pour les premiers, de pressions économiques pour les autres. Les Arts, dans leur ensemble, créés par l’imagination et pour le plaisir de l’homme ont, au même titre, acquis leur titre de valeur marchande. Estimation que leur confèrent leur beauté, leur sensibilité, leur originalité, leur pouvoir attrayant et "attractif", leur vision, leur tonalité, leur difficile réalisation. Il se pourrait que bientôt, l’Eau, l’Air et le rayonnement Solaire, ces trois vecteurs essentiels au développement d’une quelconque vie animale ou végétale sur la Terre, ne soient les seules valeurs, en sursis cette fois, qui nous restent. Mais pour combien de temps ?

Nous savons que ces trois éléments fondamentaux, indispensables à la création, à la naissance de l’existentiel, puis au maintien naturel de celui-ci, vont prendre, eux-aussi, le chemin de la rareté. Rassurez-vous, pas tout de suite ! Il faut seulement y penser : cela ramène notre orgueilleux comportement à sa juste et rationnelle place. Dès lors, il ne serait plus question de s’enrichir, de jouir démesurément des plaisirs quotidiens de la vie ou de détenir le pouvoir politique, économique et financier ! « Car, le pouvoir de "rien" sera toujours égal à "rien" ! »

Depuis des temps immémoriaux, l’homme s’est exprimé de moult façons, traçant dans la nébuleuse du temps des empreintes indécrottables. Traces qui finiront, que nous le voulions ou non, par s’effacer de nos mémoires volatiles bien avant la disparition de la plus belle planète de notre Système Solaire : La Terre. Car elles ressemblent (ces traces) aux fleurs "marcescibles" (flétries) d’une "gloire" éphémère, qui restera résolument en suspension en regard de ses antinomies (déshonneur, honte, ignominie, turpitude, etc.) qui, elles, perdurent.

Pour ne pas faire dans l’angoisse mais plutôt pour rebondir, nous pouvons dire que la phase annonciatrice du déclin du genre humain vient de commencer. Elle se cache sous les traits de la "3ème Guerre mondiale" ou "Guerre économique", occasionnée par les débordements d’une "gourmandise" aveugle de la race. C’est elle, si nous ne restons que spectateurs ou dans une attitude laxiste, qui emportera définitivement l’espèce humaine. Plus vicieuse et plus efficace que toutes les guerres traditionnelles, elle s’immisce insidieusement dans toutes les familles du Monde, détruisant au passage et indirectement nos civilisations, notre milieu environnemental.

Mais alors ! Existe-t-il des solutions ? Oui ! Elles sont irrémédiablement urgentes et indispensables, mais aux antipodes de la réalité d’aujourd’hui. Elles ne demandent qu’à naître, qu’à s’étudier, qu’à se développer...

Plutôt que d’écrire un manifeste, qui fait déjà l’objet d’une étude conjointe dans nos cercles de travail, nous préférons délivrer un message à toutes celles et ceux qui ont encore la volonté de réagir et de partager les mêmes convictions que nous. Nous sentons le moment propice pour proposer un choix de société qui correspond le mieux aux attentes du peuple français, qui va anticiper les besoins et combattre les contraintes afin d’offrir les meilleures garanties de vie aux futures générations. Parce que, lorsque quelqu’un à beaucoup de choses à dire et… qu’il ne dit rien : « Son silence peut-être assourdissant ! » Il est donc temps de s’exprimer…

Suite : Déclaration

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×