Coup de coeur 4

Nouveau roman de Paola Rise.

Helena ou l'amour de l'intervalle ! (Tome V - Le Vide)

Comment savoir si le vide, sous toutes ses formes, est une attirance, un rejet ou une peur ?
Comment savoir si cet élément, qui ne doit rien au hasard, n’est pas le garant du Monde universel ?
Les réponses, sans être ambiguës ou prétentieuses, nous sont apportées par Helena, une jeune-femme "éthérée" (attirée), qui devient vite le centre de cette recherche physique et psychologique.
Plongeons ensemble dans cette histoire cyclique où… passé, présent et avenir vont se confondre pour, bientôt, ne faire qu’un !
Goûtons aux abyssales sensations que procure le Vide !
Rejoignons Helena et le milieu du xxie siècle… Pour la Pentalogie, suivre la flèche > en bas. Merci !
Helena ou lamour de lintervalle

Suivant

Julie ou une goutte de pluie

Tout au long de ce roman éducatif commence l’aventure presque humaine d’une molécule d’eau de mer, qui se transforme en goutte de pluie, puis finie par se muer, au fil de l’histoire, en goutte d’eau… Elle nous fait visiter les passages obligés de sa vie aérienne, terrestre, souterraine et surtout aquatique.
Ce voyage va nous emmener du Finistère, au-dessus du golfe de Gascogne, à la Méditerranée en passant par Gibraltar, au golfe de Lyon : pour atterrir aux sources du Rhône puis à celles de la Loire ; jusqu’à revenir à quelques lieues de la Bretagne continentale (l’île de Groix.)
Alors ?
Accrochez-vous à la goutte d’eau !
Laissez-vous glisser sur les pentes de son … (de votre) destin !
Voyagez au travers des âges, du relief, du sous-sol, etc.

L'Eau

Hemera ou la chaleur vivante.

On a grand peine à ne pas s’émerveiller devant l’irisation d’une flamme ardente, parfois immense, dévastatrice… ; souvent utile, salvatrice ; des fois timide, couvant ou chevrotant…
Mais ce qui est sûre, c’est que cette exaltation que procure le feu imprègne la mémoire individuelle et (ou) collective par diverses émotions. La couleur, la chaleur, en font approcher de nombreux ! La brûlure, la peur, en font fuir beaucoup !
Avec ce quatrième élément, l’homme a cherché sa voie et a fini par la trouver !
Depuis environ 500.000 ans, il a su confectionner, apprivoiser, utiliser, ce qui allait bouleverser avec, un autre facteur essentiel, la parole, son environnement naturel et créer les nouvelles bases de son monde artificiel et égoïste…
C’est ce que vous allez découvrir avec la complicité d’Hemera, cette flammèche presque éphémère qui va vous entraîner, au fil du temps, sur les modélisations de sa domestication.

le-feu.jpg

Oxygenius ou le miracle de l'être.

C’est ici, tout au long de ce roman éducatif, que commence l’aventure de mon existence. Elle est due à tellement de facteurs et de paramètres extraordinaires que je n’en retiendrai qu’un seul…
Dès que les corps azotés furent expulsés de la masse liquide brûlante, les atomes d’azote qui formaient leur principale structure vinrent se mêler aux premières vapeurs d’eau. Après la combinaison, cela donna un anhydride azotique (N2O5.) Puis en s’élevant et sous l’action des rayons solaires (entre autres choses), ils se transformèrent en Ozone.
Au fur et à mesure que la Terre se refroidissait, d’énormes quantités de méthane, d’ammoniac, de vapeur d’eau et de gaz carbonique étaient expulsées, à la périphérie du centre de la Terre, vers l’extérieur : cela constitua la première « atmosphère » de la Terre…
Suivons donc Oxygenius ! Cette molécule d’oxygène qui va nous entraîner, tout autour du globe, dans des histoires vraies et dans des endroits où, seuls, les vents emportent les témoignages de ceux qui y vécurent ou qui y vivent encore…

le-vent.jpg

Pascal ou la force naturelle.

C’est ici, tout au long de ce roman éducatif, que commence l’aventure presque humaine d’une molécule à peu près stable de siliciure. Au fil du temps elle se dissociera au sein du magma, au contact de molécules de carbures et d’hydrures, pour se transformer en silicium, puis en silice, et finir en un solide bloc de granite.
Mais avant cette dissociation, nous allons voyager…
Du cosmos, sous la forme d’une matière gazeuse qui rencontrera des éléments telles ces poussières ou autres vapeurs métalliques qui, in fine et en se collant,  créeront par accrétion un nuage cosmique où, en se refroidissant et en se positionnant idéalement dans notre futur Système solaire, certains éléments seront à l’origine de la Terre.
Alors !
Au travers du manteau, à effleurer le noyau, jusqu’à la croûte et la surface, vous allez franchir 4,6 milliards d’années : « Une grosse goutte du temps sidéral qui devrait vous sidérer ! »
Accrochez-vous à moi, Pascal. Nous sommes au tout début de cette aventure et…

« Nous n'héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l'empruntons à nos enfants. »
Antoine de St-Exupéry

la-terre.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×