Changer le Monde (suite)

Nous avons raison de croire qu’un « seul homme », fut-il accompagné d’une équipe hors paire, ne peut résoudre tous les problèmes et, a fortiori, trouver les solutions à ces mêmes problèmes. Et puis il ne peut, à lui tout seul ou même avec son équipe de ministres, conseillers en tout genre, etc., anticiper les conséquences de ses idées. « Il ne faut donc pas, sous aucun prétexte, faire abstraction des idées des autres… ! »

C’est pour cela qu’il faut remplacer notre système conventionnel, dit démocratique, par une nouvelle sorte de gouvernance qui sera :

-          fondée sur le consentement mutuel ;

-          accès sur l’action permanente, l’anticipation quotidienne, l’approbation collective, la recherche et même la remise en cause des meilleures solutions pour les prochaines décennies.

Pour se faire, nous avons besoin de toutes les intelligences… « D’où qu’elles viennent… ! »

Cette nouvelle gouvernance, dont nos cercles de travail s’inspirent, est quasiment la seule alternative à toutes les démocraties, des plus anciennes (athénienne, indienne…) aux plus modernes (indirecte ou représentative, libérale, semi-directe, participative…), « qui laissent toujours pour compte un trop grand nombre de mécontents ! »

Nous développerons ensemble, avec vous, cette autre forme de gouvernance, et nous continuerons à enrichir ce « grand » processus d’intégration pour pouvoir le développer à l’échelle européenne et mondiale. C’est une autre humanité qui pourrait naître, non comme totalité mais comme un espace de singularités qui se respectent.

« Quand toutes les Nations représentatives auront compris que ce choix fédérateur, cette modernité unificatrice, dans le partage et le maintien intrinsèque des cultures, des us et coutumes, dans la répartition appropriée des richesses et des moyens…, sont plus que désormais nécessaires, la gouvernance que la France proposera aura toute sa place pour conduire notre genre humain vers une meilleure destinée ! »

Ce que nous voulons dire par moderniser notre mode de gouvernance c’est, a posteriori, changer d’orientation politique, économique, sociale, financière, sécuritaire, environnementale…

Vous comprendrez bien que sans schéma directeur explicite, nous ne pouvons entrer dans les détails, ici et aujourd’hui, parce que ce serait trop long et qu’un volume par secteur n’y suffirait pas… mais aussi parce qu’il nous faut un préalable pour discuter de nos concordances et divergences mutuelles. Cette préparation, nous vous invitons à l’élaborer, par tous les moyens disponibles et honnêtes, en venant enrichir le « flux de la conscience partagée » qui circule dans notre association S-P-F.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×